Types de chasse

Guide de la chasse à l'approche ou pirsch


Plusieurs espèces de gibier sont en déclin depuis soixante-dix ans. Le stock de perdrix et de lièvres n'est plus aussi abondant que dans le passé. Dans le "bon vieux temps", on pouvait facilement ramener dix à quinze lièvres ou perdrix après une bonne journée de chasse.

On peut sombrer dans le découragement en entendant ces histoires de chasseurs d’un certain âge ou en lisant à ce propos dans la littérature sur la chasse. Mais on trouve également des « success stories » dans la faune danoise et européenne.


Guide de la chasse à l'approche ou pirsch


Jamais nous n’avons eu un aussi bon stock de cerfs que celui que nous avons maintenant. On trouve des chevreuils, des cerfs élaphes et du gros gibier dans de plus en plus d’endroits et dans des hardes de plus en plus nombreuses, à tel point que certains agriculteurs peuvent sentir leur pression sur les récoltes. Nous les chasseurs, nous ne devrions pas en être attristés : bien au contraire, cela donne à davantage de chasseurs de bonnes occasions de faire des expériences de chasse sans équivalent qui étaient auparavant réservées à quelques-uns.

La chasse à l'approche ou ‘pirsch’ du gibier est donc l’une des formes de chasse qui ne pourra que s’étendre encore plus à l’avenir. Là où un nouveau chasseur tirait un canard, une poule ou un lièvre, de nombreux nouveaux chasseurs tuent maintenant au fusil leur premier cerf. Il n’y a rien de mal à cela : c’est simplement l’expression d’une évolution dans la faune.

Afin de réussir dans la chasse à l'approche, une bonne planification de la chasse est cruciale. La planification est une discipline particulière, car on prend plaisir à anticiper une bonne situation de chasse. Si vous avez accès à un nouveau terrain de chasse où vous n’êtes jamais allé auparavant, il est judicieux de discuter avec des chasseurs chevronnés sur le terrain ou avec des propriétaires fonciers qui seront en mesure de transmettre des informations sur le cheptel.

Surtout si vous êtes un nouveau chasseur, cette connaissance peut s'avérer utile. En outre, il peut être intéressant d’étudier le terrain sur une carte. Mais rien n’est aussi agréable que de s’y rendre hors saison et de faire l'expérience de la nature par soi-même. Si vous êtes un nouveau chasseur, c’est une bonne idée de faire appel à un chasseur expérimenté, car il pourra vous aider à avoir un aperçu de la première situation de chasse et vous donner des conseils et des astuces en cours de route.

Avant de vous lancer dans une première expérience de chasse, vous devez également vous assurer que tout votre matériel est en ordre.


Équipement de chasse à l'approche ou pirsch

Habillement

Dans la mesure du possible, vous devriez toujours choisir des vêtements en fonction du type de biotope dans lequel vous vous déplacez. Peu importe qu'il s'agisse d'une chasse à l’approche au début du printemps, en été, ou d’une chasse au chevreuil, ou encore d'un pirsch automnal.

Les couleurs de la nature changent au cours de l'année, mais il y a aussi une grande différence entre une forêt brune à feuilles caduques en automne et une plantation de sapins à feuilles persistantes. Il existe des modèles de camouflage pour tous les types de biotopes, et l’habillement peut faire une grande différence pour la chasse, non seulement en termes de succès dans cette entreprise, mais ils permettent également de faire une expérience de chasse plus passionnante lorsque vous pouvez vous rapprocher davantage des animaux. Un pirsch par une chaude soirée d’été nécessite une tenue légère. En hiver, vous aurez besoin d’une tenue bien isolée, résistante à l’eau et au vent.

Bottes

En plus de vous habiller de la bonne couleur afin de ne pas trop contraster avec l'environnement, il est très important de faire le moins de bruit possible. Surtout les jours où il n’y a pas trop de vent, le gibier entend plus clairement le bruit. Il importe d’en tenir compte dans l’achat de vêtements ; et une paire de bonnes bottes qui ne craquent pas peut faire la différence.

Si vous vous trouvez dans une zone de chasse très accidentée, par exemple avec des rochers ou d’autres terrains rocheux, il convient d’avoir la cheville raide dans la botte, afin que la cheville ne soit pas tordue ; mais dans la plupart des autres types de nature, privilégiez une botte qui vous donne l’impression de bien sentir le sol sous vos pieds.

Si vous pouvez le faire, vous remarquerez rapidement une branche, par exemple, qui ne devrait pas si possible se casser au mauvais moment.

Il est également agaçant d’avoir les pieds mouillés, car cela peut gâcher toute l’expérience d’une bonne chasse. Les bottes imperméables et silencieuses sont donc utiles et bénéfiques.


Guide de la chasse à l'approche ou pirsch


Une bonne paire de jumelles

Une partie de la préparation consiste également à conduire ou à marcher sur le terrain pour chercher les animaux que vous essayerez de chasser. Ce n'est donc pas seulement pendant la chasse que vous avez besoin de bonnes jumelles. Avec des jumelles, vous pouvez avoir une meilleure idée de l'âge de l'animal et voir plus facilement un trophée à distance.

Pendant la chasse elle-même, c'est une nécessité. Lors d’une chasse au brocard un matin de printemps, il est important de scruter la région avec des jumelles ! Cela facilite la détection du gibier dans la rosée matinale scintillante.

Un autre avantage d’une bonne paire de jumelles est qu’elle capte la lumière, de sorte que vous puissiez mieux voir à travers les jumelles à la dernière lumière de la journée que vous ne le faites à l’œil nu.

Il existe des jumelles de différentes tailles, mais si vous avez l’intention de marcher beaucoup pendant le pirsch plutôt que de rester immobile sur une échelle de tir, vous en apprécierez une qui n’est ni trop lourde ni trop lourde à transporter.

Canne de pirsch

Ce qui importe le plus dans la chasse, quel que soit le gibier, c’est d’assurer un tir sûr pour que le gibier meure de la manière la plus humaine et la plus efficace possible. Par conséquent, une bonne canne de pirsch est nécessaire pour déposer la carabine dessus, afin qu’elle ait un support bien immobile.

Il existe une grande variété de modèles avec plusieurs pieds et manières d'appuyer un fusil. L’essentiel est que la taille corresponde au chasseur et que vous vous entraîniez sur le champ de tir avec la canne que vous souhaitez utiliser pour la chasse. Il est inutile de s'allonger sur le champ de tir et de tirer avec le fusil, puis de tirer le gibier debout avec une canne de pirsch que vous n’utilisez pas du tout d’habitude.

Les bruissements et les fracas font fait peur au gibier lorsque le chasseur tente de replier sa nouvelle canne de pirsch à la hauteur appropriée et d’y faire reposer le fusil comme il faut. Il faudra vous exercer dans cette activité, afin de pouvoir la pratiquer sur le dos et que le tir soit effectué correctement.

Un bénéfice secondaire d'une bonne canne de pirsch est que vous pouvez également appuyer les jumelles dessus pendant le pirsch et obtenir ainsi un aperçu plus tranquille du paysage.

Couteau

Tandis que le couteau est une arme pour certains, il a toujours été un outil indispensable pour le chasseur. Après tout, il ne suffit pas de tirer le gibier : il est tout aussi agréable de le préparer et de le manger ensuite.

On ne peut pas faire grand-chose avec un animal mort après une chasse réussie : il faut un bon couteau de chasse tranchant. Le couteau est l’un des objets les plus splendides pour ceux qui aiment les beaux équipements.

Il y a des couteliers qui fabriquent les plus beaux outils en bois exotiques et des fourreaux de cuir cousus à la main. Après avoir décarcassé de nombreuses pièces de gibier au fil des ans, le couteau revêt une signification particulière pour vous, car il ne s'agit plus seulement d'une lame froide qu’on glisse dans le fourreau, mais une foule d'expériences fantastiques.

Le couteau est l’un des biens les plus chers du chasseur. Il est accroché à sa ceinture, dans l’espoir que la préparation, le pirsch et le tir seront couronnés de succès.

Armes et munitions

Il y a autant d'opinions sur les armes et les munitions que de chasseurs. Chacun a fait son expérience personnelle avec certains calibres et types de munitions spécifiques et, en tant que nouveau chasseur, vous pouvez rapidement être déboussolé quand l’un dit quelque chose et l’autre dit autre chose.

Pour le nouveau chasseur, c'est donc tout simple :
La loi impose des exigences particulières en matière de poids et de vitesse des projectiles. Si vous respectez la loi, vous pouvez être certain que l'arme est suffisamment puissante pour votre proie.

Assurez-vous toujours d’ajuster le fusil avant la chasse, et en cas de changement de munition. La priorité est une bonne lunette de visée. Cela n'a aucun sens de monter des lunettes de visée bon marché sur un fusil d’un grand prix !

Demandez à un expert de monter la lunette de visée de manière à ce qu’elle soit bien placée sur le fusil et par rapport à la hauteur des yeux.

La dernière chose importante à retenir, c’est qu'il faut s'entraîner sur le champ de tir dans toutes les positions pouvant être occupées en pratique pendant la chasse, alors vous serez bien préparé.


Proche de l'animal

Pirsch matinal sous le vent d'est. Pour le chasseur inexpérimenté, cela ne veut peut-être pas dire grand-chose, mais si vous l'essayez, vous savez à quel point le défi est grand.

Le pirsch se pratique face au vent pour que le gibier ne vous détecte pas, en même temps que vous avez le soleil bas sur le visage. Il est très difficile de voir - même avec des jumelles - lorsque le soleil est si bas sur l’horizon. En même temps, l'animal a les meilleures conditions imaginables pour apercevoir le chasseur !

Au lieu d'aller directement face au vent et au soleil, vous pouvez essayer d'organiser la chasse de manière à effectuer le pirsch dans le vent de côté. Bien sûr, cela n’est pas toujours possible, à moins que la zone ne convienne pour cela.

Il en va de même pour le pirsch en soirée sous un vent du nord-ouest, en fonction de la saison, bien entendu. En hiver, le soleil se couche plus tôt et n’atteint pas le nord-ouest. C'est le principe du soleil et du vent provenant du même côté qui est le défi à relever. Le soleil du soir n’est généralement pas aussi perçant que le soleil du matin.

Par contre, si on a le soleil dans le dos, l'animal a du mal à vous voir, car il ne voit pas très bien en direction du soleil; à l’inverse, vous créez de longues ombres et vous pouvez facilement vous déplacer dans l'ombre d'arbres ou d'autres types de végétation.

Envisagez toujours de faire un pirsch par rapport au soleil et au vent. Si les conditions ne sont pas propices à une chasse matinale, ou si vous n'avez pas vu d'animaux plusieurs jours de suite le matin, cela peut être une bonne stratégie de pratiquer le pirsch à midi.


Guide de la chasse à l'approche ou pirsch


Connaissez votre terrain

Le vent n'est pas toujours simplement du vent - du moins pas forcément provenant d'une certaine direction. Il peut circuler dans les creux du terrain, le long des haies vives et en lisière de forêt, tout comme dans les clairières de la forêt. Par conséquent, il importe de connaître là aussi le terrain et de savoir comment le vent souffle dans ses différentes directions. Ceci s'applique également à l'emplacement des tours et des échelles de tir.

Une bonne préparation hors saison peut rapidement faire la différence entre les opportunités et une chasse réussie. Si on connaît bien son territoire de chasse et son stock de gibier, on se sentira comme dans son élément dans la nature. Le métier de chasseur, c’est donc plus que simplement savoir tirer et avoir de la viande au congélateur.

Il est avantageux d’emmener un petit flacon de calcaire pour la chasse. Avec une petite pression sur la bouteille, vous pouvez rapidement voir dans quelle direction le vent souffle. Vous pouvez également jeter une poignée d’herbe ou de feuilles sèches en l’air sans faire de mouvements excessifs avec les bras.

Lorsque vous marchez et vous appréciez le terrain hors saison, prenez note des traces de grattage et de balayage. L’animal reste souvent dans les parages ou y revient. Les passées sont les traces laissées par le gibier, et si on peut trouver un croisement entre deux passées, vous avez deux fois plus de chances de trouver ce gibier.

Au début du printemps, le gibier apprécie le soleil et il peut donc avoir tendance à choisir le côté ensoleillé de la forêt ou du terrain, par exemple. Lorsque vous partez en reconnaissance, vous pouvez trouver des coins où ils aiment s'asseoir.

Il importe de connaître tous ces petits signes de vie, ainsi que de savoir s’ils font des allées et venues dans une aire d’alimentation particulièrement attrayante.

Ne plus faire qu'un avec la nature

Si vous réfléchissez à la façon dont vous pouvez trouver votre chevreuil, vous remarquerez souvent un léger changement de terrain : une tache sombre qui n’existait pas auparavant, ou quelque chose qui n’a pas l’air "naturel" dans les jumelles.

C'est aussi comme ça que nous sommes repérés par le gibier. Il faut nous rappeler que nous sommes en pays de connaissance chez le gibier. N’allons-nous pas remarquer si notre épouse a accroché un nouveau tableau dans le salon ? Mais si le tableau a les mêmes nuances, la même taille, et peut-être avec un motif similaire à l’ancien, alors nous ne le remarquerons que la deuxième ou la troisième fois que nous passons devant. Si nous pouvons faire le même exercice de bluff avec notre cerf, nous aurons alors une chance de succès.

Il ne suffit pas que notre corps porte un bon camouflage si nos mains et notre visage sont pâles en hiver. Chaque fois que nous prenons les jumelles, nos mains sont clairement visibles sur un fond plus sombre. Par conséquent, choisissez une paire de gants et un masque pour compléter l'illusion.

Mouvement

Restez concentré sur le gibier et avancez très lentement. Chaque fois que vous faites un petit pas de vingt centimètres, votre angle de vue change, et vous pouvez vous faire voir par le gibier. Ramassez lentement les jumelles. Il ne fait aucun doute que la patience est une vertu du chasseur en pirsch !

Néanmoins, être lent est une grande source de succès. Au lieu de regarder vers le bas pendant que vous marchez, exercez-vous à être sensible au sol avec vos pieds : soyez attentif avant de poser le pied et d’y appliquer tout votre poids. Restez concentré vers l'avant et sur les côtés et utilisez vos jumelles beaucoup plus souvent que vous n’avez l’habitude. Regardez aussi en arrière de temps à autre.

Le gibier aime bien fouiller dans le sol, marquer son territoire ou se reposer. Par conséquent, ne bougez que lorsqu’il a la tête baissée ou qu’il est occupé avec quelque chose. Dès qu'il lève les yeux, restez immobile jusqu'à ce qu'il soit à nouveau occupé. Vous serez surpris en voyant combien vous pouvez vous rapprocher de lui. Mais ne vous contentez pas d'avancer pour vous rapprocher. Si vous apercevez l’animal à deux ou trois cents mètres de distance, planifiez où vous voulez vous diriger pour pouvoir tirer en temps voulu pour ne pas arriver brusquement à une centaine de mètres sans pouvoir tirer faute de pare-balles. Cherchez longtemps à l'avance l'endroit d’où vous pouvez tirer, avant d’effectuer l’approche proprement dite vers l'animal.

Par temps venteux, les animaux restent plus silencieux dans la forêt que ce qu’ils font habituellement. Leur odorat et leur audition ne sont pas optimaux dans ces conditions et ils choisissent donc la solution la plus sûre : rester immobile. Cela signifie que le gibier n'est pas aussi visible que par temps calme, mais en revanche nous pouvons aussi nous en rapprocher un peu plus. Par temps venteux, les animaux doivent être cherchés sous les arbres et dans la végétation légèrement plus haute. De nos jours, il faut être particulièrement prudent avec les jumelles pour remarquer un léger changement dans la nature entre les troncs et derrière les buissons.

Aucune chasse ne ressemble à une autre

C'est pourquoi la chasse est toujours passionnante et c'est ce qui nous fait avancer. Si nous pouvions savoir à l'avance comment tout se passerait, eh bien, nous pourrions aussi perdre rapidement tout intérêt.

Comme le dit le vieux dicton : « "En théorie, il n'y a pas de différence entre théorie et pratique, mais il y en a dans la pratique », c’est très pertinent pour la chasse.

C'est la beauté de la chasse : on ne devient jamais parfait en soi, tout est dans l’interaction entre la nature et l'homme. Nous ne pourrons jamais dicter le déroulement de la bataille. Nous ne constatons que très rarement que s’organise dans une synthèse parfaite ; mais si nous nous exerçons et nous nous préparons bien, nous pouvons avoir de la chance que de plus en plus de ces moments se produisent.

Chacun a sa propre expérience de ce qui fonctionne bien pour lui sur son terrain. La plus grande source de succès est d'aller aussi loin que possible et de créer ses propres expériences.


Déplacement de cerfs

Il faut dire dès le départ qu'il n'est pas difficile de déplacer un animal et de le dépecer de manière à ce qu'il puisse être utilisé pour la nourriture ; on ne risque guère de faire quelque chose "de travers".

Fondamentalement, la peau doit être enlevée et les intestins doivent être sortis, tandis que le reste peut être utilisé. Il importe de le savoir pour un nouveau chasseur qui ne sait pas à quel saint se vouer. Il faut y aller et en profiter.

Cela étant dit, il peut être très bénéfique qu'un boucher expérimenté nous montre comment faire les choses correctement. C’est la garantie que l'animal vous apporte davantage de plaisir, surtout les plus grandes espèces de cerfs. Un boucher peut vous montrer comment bien désosser une cuisse, comment s'appellent les différentes pièces et comment les utiliser au mieux.

Avoir cette connaissance et apprécier cette partie de la chasse complète l'expérience de chasseur et c’est une source de joie autour de la table avec des invités et la famille. En tant que chasseurs, nous devons profiter de ce que nous avons chassé, et le cœur et le foie sont des aliments de choix.

Nouveautés

Demande d'acceptation des cookies

Nous collectons des statistiques et des données sur le comportement des utilisateurs au moyen de cookies.

Souhaitez-vous nous autoriser à le faire ?