Types de chasse

La chasse aux oies


Avertissement

Cet article peut contenir des règles qui ne s’appliquent pas à votre pays. Veuillez vérifier quelles règles s’appliquent à votre pays.


La chasse à l’oie se pratique comme la chasse aux oiseaux migrateurs. Les oies sont très méfiantes et ont une très bonne vue. Les oies se déplacent le matin pour se nourrir, généralement vers des champs dégagés.

Il peut être utile d’observer quelques jours auparavant sur quels champs les oies se nourrissent. De plus, il est bon d'utiliser des leurres qui, bien placés, rapprocheront les oies du chasseur avant qu’il tire. Les oies doivent être assez proches pour que vous puissiez bien voir leurs yeux ; ceci est nécessaire car les oies sont très résistantes à l’impact des tirs. Il est donc également nécessaire d'être bien camouflé. Le brouillard, la brume et un temps venteux avec peu de visibilité sont propices à la chasse à l’oie.

L'oie vole généralement contre le vent quand elle veut se poser, il est donc utile d’observer la direction du vent pour avoir une idée de quel côté les oies vont venir, par rapport à l'emplacement des leurres et des chasseurs.


La chasse aux oies

Les défis de la chasse à l’oie

Le plus grand défi de la chasse à l’oie, c’est de rester caché. Il est important que les oies ne se doutent de rien. On doit penser que les oies regardent vers le sol lorsqu’elles volent ; donc ce n'est pas suffisant de se cacher derrière quelques bottes de paille, sans être à couvert.

Un autre défi, c’est la météo ; ce que l’on qualifie habituellement de mauvais temps. C’est en effet par ce temps-là que la chasse à l’oie est la plus favorable. Il faut toujours venir assez tôt, avant que les oies arrivent.

Les leurres doivent être bien placés et il faut s’allonger et attendre qu’elles arrivent à la recherche de la nourriture. L’attente peut souvent être longue ; donc des vêtements chauds sont nécessaires.



Deerhunter recommande

Muflon camo


Veste Muflon - Longue

  • Température jusqu´à -30°C
  • Capuche amovible
  • Fermeture à glissière YKK bidirectionnelle au centre sur le devant
  • Détails en "suède" pour les renforts

Salopette a' bret Muflon

  • Température jusqu´à -30°C
  • Salopette à bretelles
  • Taille ajustable avec dos élastique et tricot côtelé sur le côté.
  • Fermeture éclair bidirectionnelle de la fourche

Chapeau D'hiver Muflon

  • Galon de renfort sur le bord
  • Rabat supplémentaire pour maintenir la nuque et les oreilles au chaud
  • Imitation fourrure chaude à l'intérieur du col
  • Doublure chaude et douce à l'intérieur du chapeau

Gants d'hiver Muflon

  • Renforts côté paume pour une meilleure prise
  • Renfort extensible au bout des doigts
  • Ajustable sur le poignet avec élastique
  • Poignet extensible pour maintien parfait



Nous recommandons également

Cumberland Pro



Récit de chasse d’un chasseur

Fatigue et détermination !

Déjà à mi-chemin je sentais la fatigue dans mes bras. Plusieurs jours auparavant, j’en ai rêvé de ma première chasse à l’oie. Nous connaissons tous la criaillerie des formations d’oies en vol ; de petits cris et du papotage convivial ; et si elles se rapprochent, on peut entendre leurs battements d'ailes comme des chuchotements.

Par temps clair, elles volent haut et l’on peut les voir nombreuses en impressionnantes formations, sans distinguer la taille de chaque l'oiseau.

L'oie est tout aussi impressionnante quand on la voit de près ou lorsqu’on a dans ses mains l'oiseau abattu ; son poids et son envergure révèlent un oiseau fort et charnu. C'est vraiment une magnifique espèce sauvage. Tout cela faisait partie de mes rêves pour cette première chasse à l’oie.

Lorsque nous marchions dans la prairie marécageuse, entourés de leurres, de filets de camouflage, de cartouches et de fusils de chasse, il me vint à l’esprit que le rêve était quelque peu différent de la réalité. Chasser l’oie peut être laborieux.

Mais il n’y a pas de raison de se plaindre. Attendre dans l’obscurité pour voir le soleil se lever et voir des vols d’oies sortir de la brume et se diriger, les ailes déployées, vers les leurres déposés, c’est un spectacle à mériter.


La chasse aux oies


Mais ce n'est pas toujours facile. Les premières oies que nous vîmes changèrent de direction en remarquant le désordre et se posèrent à plusieurs champs de là, à notre grand regret et agacement. Nous avions observé le champ pendant plusieurs jours, et il y avait partout des fientes d'oies. Il devait y avoir quelque chose avec nous qui était trop voyant ; les leurres n'étaient peut-être pas disposés correctement, nous n'étions pas bien camouflés, s’agissait-il des chiens ? Nous devions reconsidérer la situation et il n'y avait rien d’autre à faire que de déplacer les leurres et d'essayer de nous placer différemment. Nos oies du champ d’à côté quittèrent évidemment l’endroit, faisant place à un silence total. Le ciel était vide, l’aube commençait à poindre et une petite faim commençait à se faire sentir.

Ce temps d'attente, où l’on ne peu rien faire d'autre, c’est l'espace libre du chasseur. Il n'y a pas de place pour le travail ou pour autre chose. Les pensées volent comme les oies, certaines volent haut, d'autres se profilent lentement à travers la brume et glissent lentement vers des terres inconnues.

C'est comme ça, et c'est comme ça que l’on rate sa première oie. On est en pleine introspection et les yeux et les oreilles ne servent à rien. Quel début pour un chasseur d'oies ! Mon compagnon de chasse a levé le doit en l’air pour faire un signe en forme de point d'interrogation pendant qu'il riait. C'était un rire d’initié ; il savait ce qui s'était passé, comme le savent tous les chasseurs.


La chasse aux oies
La chasse aux oies


Maintenant qu’on est réveillé, prêt pour la prochaine oie, que l’on espère vraiment voir venir, afin d’avoir une chance, juste une chance ! On ne peut pas supporter de rater la seule véritable chance de la journée.

Comment cette chasse à l'oie finit-elle dans cette histoire ? Si l’on met toutes les histoires bout à bout, cela finit habituellement bien. Ce jour là aussi s'est vraiment bien terminé.

Avec en tout cinq belles oies. Je pense que je n'oublierai jamais le bruit d'une oie tombant au sol. On a un profond respect pour cette espèce sauvage lorsque l’on voit sa taille et son poids. Au final, il y avait plus à porter sur le chemin du retour, mais les oies en valaient la peine. Des bras longs et fatigués, des bottes lourdes et beaucoup de beaux jours à venir pour la chasse aux oies.

Articles Liés

Nouveautés

Demande d'acceptation des cookies

Nous collectons des statistiques et des données sur le comportement des utilisateurs au moyen de cookies.

Souhaitez-vous nous autoriser à le faire ?